Klouche et Rawette : POIDS ET DÉMESURES
https://www.asymptomatique.be/klouche-et-rawette-poids-et-demesures/

© Asymptomatique.be

Klouche et Rawette : POIDS ET DÉMESURES

Publié le 28 décembre 2022 par André Clette

Catégorie :

Nous sommes le 22 décembre 2022.

Il y a un peu plus, ça ne fait rien ?

Il y a 356 ans, le 22 décembre 1666, Colbert, ministre de Louis XIV, réunissait une quinzaine de savants dans la Bibliothèque du roi, rue Vivienne, à Paris, avec mission « d'avancer et favoriser la science pour l'utilité publique et la gloire de son règne ». Ces savants constituent dès lors l'Académie des sciences de Paris.
Elle regroupe des scientifiques de tous domaines : astronomie, botanique, chimie, mathématiques, paléontologie, zoologie, …
En 1699, le règlement précisera que ses membres sont nommés par le Roi. Elle devint alors l'Académie royale des sciences. Cette ‘protection’ royale sera une des raisons de sa dissolution sous la Révolution. Elle aura eu toutefois le temps d’organiser dès 1790 la réforme générale des poids et mesures qui est à l'origine du système international d’unités de mesure encore en vigueur aujourd'hui.
Une Révolution quoi !

Peser et mesurer est aussi vieux que le commerce.

Évidemment, il a fallu s’y faire. Le citoyen qui avait coutume d’acheter 1 muid, 4 setiers, 8 minots de farine pour un montant de 2 livres, 15 sous et 6 deniers, devait à présent faire l’achat de 12,5 kg de farine pour 1,2F. Allez donc vous y retrouver ! Familiarisé depuis des siècles avec les arpents, les pintes, les muids, les setiers, les boisseaux et les livres, le citoyen avait quelque difficulté à admettre qu’un kilo de plumes pèse pratiquement le même poids qu’un kilo de plomb. Habitué à compter les distances en lieues et en pas, le citoyen eut quelque résistance à passer au mètre. Mais la Science et la République surent le mettre au pas. Les citoyens belges furent bien obligés de suivre puisqu’ils étaient alors sous domination française.
En 1816, l'Académie des sciences rebaptisée un temps « Institut national des sciences et des arts », retrouvera son nom. Il en alla de même en Belgique, l’Académie, suspendue pendant les 22 ans du régime français, sera rétablie en 1816 sous Guillaume Ier roi des Pays-Bas. Le Belge conservera le système métrique, non sans y ajouter quelques unités de mesure de son cru comme la klouche (du néerlandais kloech) et la rawette, ou encore la trotte (un nombre considérable de pas) ou la paye (un temps long) : « ça fait une paye qu’on ne s’est vu ».
C'est pas tout ça !

Nous sommes le 22 décembre 2022 et il y a, dans mon paysage, de plus en plus de livres* que je n’ai pas lus : livres achetés, livres reçus, livres prêtés, sans compter les livres chaudement recommandés par les potes : « tu dois absolument lire ça, c’est génial ! » … Les piles de livres, de plus en plus hautes, menacent de se casser la figure. Je me dois d’agir !
Dès aujourd’hui, j’entreprends la lecture de ces livres en retard. Je vais donc, temporairement, me déconnecter de Facebook, d’Internet, et de tous ces machins.
J’arrête dès lors pour un temps mes billets quotidiens électroniques pour lire des livres en papier.
On se retrouvera quelque part en 2023.

André Clette

* N.B. : un livre est un ensemble de feuilles de papier imprimées recto-verso, qu’un éditeur a eu la bonne idée de couper toutes aux mêmes dimensions et d’assembler sur l’un des bords. C’est pratique et ça permet des choses dont aucun support informatique n’est capable.

L'asymptomatique | Klouche et Rawette : POIDS ET DÉMESURES

Klouche et Rawette : POIDS ET DÉMESURES

Nous sommes le 22 décembre 2022.

Il y a un peu plus, ça ne fait rien ?

Il y a 356 ans, le 22 décembre 1666, Colbert, ministre de Louis XIV, réunissait une quinzaine de savants dans la Bibliothèque du roi, rue Vivienne, à Paris, avec mission « d’avancer et favoriser la science pour l’utilité publique et la gloire de son règne ». Ces savants constituent dès lors l’Académie des sciences de Paris.
Elle regroupe des scientifiques de tous domaines : astronomie, botanique, chimie, mathématiques, paléontologie, zoologie, …
En 1699, le règlement précisera que ses membres sont nommés par le Roi. Elle devint alors l’Académie royale des sciences. Cette ‘protection’ royale sera une des raisons de sa dissolution sous la Révolution. Elle aura eu toutefois le temps d’organiser dès 1790 la réforme générale des poids et mesures qui est à l’origine du système international d’unités de mesure encore en vigueur aujourd’hui.
Une Révolution quoi !

Peser et mesurer est aussi vieux que le commerce.

Évidemment, il a fallu s’y faire. Le citoyen qui avait coutume d’acheter 1 muid, 4 setiers, 8 minots de farine pour un montant de 2 livres, 15 sous et 6 deniers, devait à présent faire l’achat de 12,5 kg de farine pour 1,2F. Allez donc vous y retrouver ! Familiarisé depuis des siècles avec les arpents, les pintes, les muids, les setiers, les boisseaux et les livres, le citoyen avait quelque difficulté à admettre qu’un kilo de plumes pèse pratiquement le même poids qu’un kilo de plomb. Habitué à compter les distances en lieues et en pas, le citoyen eut quelque résistance à passer au mètre. Mais la Science et la République surent le mettre au pas. Les citoyens belges furent bien obligés de suivre puisqu’ils étaient alors sous domination française.
En 1816, l’Académie des sciences rebaptisée un temps « Institut national des sciences et des arts », retrouvera son nom. Il en alla de même en Belgique, l’Académie, suspendue pendant les 22 ans du régime français, sera rétablie en 1816 sous Guillaume Ier roi des Pays-Bas. Le Belge conservera le système métrique, non sans y ajouter quelques unités de mesure de son cru comme la klouche (du néerlandais kloech) et la rawette, ou encore la trotte (un nombre considérable de pas) ou la paye (un temps long) : « ça fait une paye qu’on ne s’est vu ».
C’est pas tout ça !

Nous sommes le 22 décembre 2022 et il y a, dans mon paysage, de plus en plus de livres* que je n’ai pas lus : livres achetés, livres reçus, livres prêtés, sans compter les livres chaudement recommandés par les potes : « tu dois absolument lire ça, c’est génial ! » … Les piles de livres, de plus en plus hautes, menacent de se casser la figure. Je me dois d’agir !
Dès aujourd’hui, j’entreprends la lecture de ces livres en retard. Je vais donc, temporairement, me déconnecter de Facebook, d’Internet, et de tous ces machins.
J’arrête dès lors pour un temps mes billets quotidiens électroniques pour lire des livres en papier.
On se retrouvera quelque part en 2023.

André Clette

* N.B. : un livre est un ensemble de feuilles de papier imprimées recto-verso, qu’un éditeur a eu la bonne idée de couper toutes aux mêmes dimensions et d’assembler sur l’un des bords. C’est pratique et ça permet des choses dont aucun support informatique n’est capable.

Pas de commentaires

Poster un commentaire