LE GRAND RESSENTIMENT par François Ruffin
https://www.asymptomatique.be/le-grand-ressentiment-par-francois-ruffin/

© Asymptomatique.be

LE GRAND RESSENTIMENT par François Ruffin

Publié le 30 septembre 2022 par Contribution extérieure
Ce qui nourrit le vote d'extrême droite, c'est "le ressentiment", quand il n'a pas pu être changé en réformes et en espérances par la gauche. La thèse de Ruffin est certes discutable, mais elle est argumentée, et j'ai eu envie de la partager avec vous (C.S.)

Catégories : ,

En direct de sa cuisine, François Ruffin commente régulièrement l'actualité politique, avec humour, passion et clairvoyance. Avec de grands gestes des mains et des bras, il interpelle souvent le caméraman, à défaut de pouvoir s'adresser directement à nous. 
Au moment où les néo fascistes accèdent au pouvoir en Italie, et sont entrés en nombre au Parlement français, François illustre et défend sa conviction : ce qui nourrit le vote d'extrême droite, c'est "le ressentiment", quand il n'a pas pu être changé en réformes et en espérances par la gauche.
Le "ressentiment", c'est ce curieux mélange d'humiliation, d'impuissance, de colère, de mépris de classe, d'esprit de revanche, quand il vous ronge la tête plutôt que vous gonfler le cœur.
La thèse de Ruffin est certes discutable. Mais je l'ai trouvée suffisamment convaincante pour avoir eu envie de la transcrire et de la partager avec vous (C.S.).

LE GRAND RESSENTIMENT par François Ruffin

On saura ce vendredi si Macron essayera de faire passer ses amendements au Parlement pour reculer l'âge de la retraite. Je pense que c'est un moment grave pour mon pays, et que c'est une folie de vouloir faire ça.
Tu vois, je n'ai même pas envie de me poser sur le terrain social, en disant : "A 60 ans, il n'y a qu'un Français sur deux qui est encore au travail". J'oublie tout ça. Juste : ce que ça va produire dans le cœur des gens.
T'imagines ce qu'on vient de se taper : la crise du COVID, qui a déprimé les Français, qui les a exténués, qui les a exaspérés. On enchaîne avec la guerre en Ukraine et les conséquences sur les prix, l'inflation, les découverts bancaires, les salaires qui ne suivent pas, ...

Au printemps, d'un point de vue strictement politique, Macron a été réélu sans enthousiasme et sans projet.
Et aux législatives, il se prend quand même une fameuse gamelle, dans mon coin, tu as plus de la moitié de ses députés qui n'arrivent même pas au deuxième tour.
Il y a un vrai décrochage du pays, d'un côté vers la gauche, mais aussi un gros bout à l'extrême-droite ... Si je veux encore un peu plus décrire l'apocalypse, t'as quoi ? Les mégas feux, la sécheresse, le réchauffement climatique pendant l'été, et l'hiver, où tu ne sais même pas si tu vas pouvoir payer tes factures de chauffage...

Et c'est dans ce climat d'inquiétude social, écologique, géopolitique et politique tout court, que Macron se dit : "Tiens, l'urgence, c'est le déficit des retraites" !!!
... À l'horizon 2030, 2040, 2050... On ne sait pas trop. Franchement, c'est vraiment ça la priorité du moment ?
Peut-être qu'il arrivera à passer, s'il le fait en mode express, il y aura des manifs, il y aura des protestations, car il sait qu'au moins 70% des Français sont opposés à ça, 20% qui sont même prêts à manifester, il sait donc que c'est très impopulaire, mais il le fait quand même. Et cela fait trente ans que cela dure : c'est une "démocratie" qui se fait sans le peuple, voire contre le peuple, et il est prêt à refaire comme ça.
Moi je serai bien sûr dans les manifs : ce jeudi 29 septembre avec les syndicats, le 16 octobre avec la gauche.

Mais peut-être que la force de résignation sera supérieure à la force de mobilisation.
Et après, qu'est-ce que cela va laisser dans le cœur des gens ? Du ressentiment, du dégoût, de l'écœurement.
"On est contre, et ils le font quand même". "On va devoir tirer la langue deux années de plus". Et ils ne permettent même pas que le débat ait lieu. Ils le font en catimini, à coups d'amendements.
Macron, il croit pouvoir gagner. Mais dans la durée, c'est le pays qui va perdre, c'est la démocratie qui va perdre.

Parce que tu vois, quand est-ce qu'ils utilisent le mot "courage" ? Quand il faut, disent-ils, avoir "le courage" de réformer les pensions. Ce qu'ils appellent "courage", c'est celui de faire de la politique contre les gens, contre les "petites" gens. Mais jamais ils n'auront le courage de s'attaquer (il montre le plafond) ... aux marchés financiers, de s'attaquer à Total, de s'attaquer à Exon, à Amazon ou à Sanofi : ce courage-là, ils ne l'ont jamais.
Donc si Macron veut "renouer avec son ambition réformatrice", comme écrivait "Le Monde" hier, bon sang, il a un terrain de jeu beaucoup plus sérieux ! C'est la crise écologique en cours ! Comment il va faire pour rénover cinq millions de passoires thermiques, alors qu'il n'en a fait que 2500 l'an passé, et qu'à ce rythme-là, il nous faudrait deux millénaires pour y arriver, depuis Jésus-Christ jusqu'à aujourd'hui ? Voilà une "ambition réformatrice", et c'est là-dessus qu'on l'attendrait !
Non, il va venir nous faire des petits trucs de comptable sur les pensions... évidemment, que ça dégoûte les gens.

Et c'est de plus en plus ma conviction : ce ressentiment, c'est le carburant du vote Rassemblement National. Un ressentiment que nous ne parviendrions pas à transformer, par une espèce d'alchimie, en espérance.

Il y a d'abord grands moments collectifs qui ont nourri ce ressentiment.
Le traité constitutionnel de 2005, où 55% des Français votent non, où 80% des ouvriers votent non, où 71% des chômeurs et 67% des employés votent non, un véritable vote de classe, et on s'assied là-dessus.
Mais qu'est-ce que cela provoque dans la durée, de gouverner ainsi sans le peuple, contre le peuple ? Ca installe du ressentiment.
La crise des gilets jaunes ? Plutôt que de passer un compromis social avec le mouvement... de se dire qu'après tout, le référendum d'initiative citoyenne, c'est peut-être pas une mauvaise idée ; que la TVA à 0% sur les produits de première nécessité, cela peut se discuter ; que le retour à l'impôt sur les grosses fortunes, cela peut se mettre sur la table...
Non, Macron, il croit s'en sortir avec son blabla autour du "grand débat", il "croit" gagner quand il envoie les bulldozers écraser les ronds-points et les tirs de LBD contre les manifestants... Il gagne peut-être dans un premier temps.
Mais qu'est-ce que cela installe dans la durée ? Du ressentiment.

Dans les petits actes quotidiens, c'est le même mécanisme. Quand ton train 40' de retard, qu'il arrive en étant bondé, qu'il n'y a pas de places assises, que tu dois t'asseoir sur les escaliers, et que c'est comme ça que démarre ta journée pour aller au boulot... les gens ne disent rien, mais qu'est-ce qui se passe dans leur cœur ? Il s'installe du ressentiment. "C'est comme ça qu'on nous traite ?". Une forme de mépris, de mépris de soi, et ça pourrit.

Dans la briqueterie qu'on a été visiter, près de Périgueux, la dame, Christine, qui nous faisait la visite, elle n'avait plus de dents. J'ai osé lui demander pourquoi. Elle me dit : "Il faut que je me fasse faire une prothèse, mais rien que pour prendre un premier rendez-vous chez le dentiste, cela prend déjà plus d'un an...".
Comment on n'éprouverait pas du ressentiment, quand dans son corps même, on n'arrive plus à avoir un lien avec les soins, parce qu'il n'y a plus de dentiste ? C'est le ressentiment qui s'installe.

Quand quelqu'un part à la retraite, ou qu'il s'adresse à Pôle Emploi, qu'il doit faire sa déclaration, et c'est pareil pour tous les Services Publics qui sont "dématérialisés"... (c'est un mensonge ce mot-là, parce qu'il y a encore plein de matières : un ordinateur, l'énergie, un bâtiment, c'est de la matière). Non, le bon mot, c'est "déshumanisé".
Quand tu n'as plus quelqu'un en face de toi pour te traduire le langage administratif, pour t'expliquer qu'il te manque tel ou tel papier, et qu'il faut à la place envoyer des mails, scanner des documents, ajouter des pièces jointes, avoir des mots de passe, des codes, des bidules, et que les gens sont perdus face à tout cela, qu'est-ce que cela installe, cet éloignement de la République ? Cela installe du ressentiment.

Et pour moi, le plus gros truc qui installe du ressentiment dans la vie des gens, c'est le travail.

Dans la tournée que je viens de faire dans le sud, j'ai le sentiment d'avoir creusé le sillon de "On achève bien les chevaux". Tu connais le film ? Je te le recommande, tiens ! Sur un marathon de danse aux USA pendant la grande crise économique, et bien ici, j'ai le sentiment d'avoir vu "On achève bien les vocations".

Je rencontre Florie dans le Tarn, près d'Albi, et Manu, son mec.
Elle, quand elle était jeune, elle lit les cours de sa sœur, qui faisait une formation d'aide-soignante, et elle se dit : "C'est ça que veux faire, je veux devenir infirmière !".
Elle a la vocation. Elle est "appelée". Elle suit une formation, pas d'infirmière, cela aurait pris trop de temps, mais d'aide-soignante.
Elle accroche, elle adore ça, elle dit : "C'était le paradis, l'école !".
Elle se retrouve à l'hôpital, et là, c'est la dégringolade, elle dit "l'enfer a commencé". Pourquoi ? D'abord, elle n'a pas de CDI (NDLR : contrat à durée indéterminée). On lui donne un CDD de un mois (NDLR : contrat à durée déterminée), un CDD de deux mois, un CDD de trois mois, et ça dure et ça dure, elle croyais qu'elle aurait, comme dans le privé, un "vrai" contrat après le troisième, mais on lui dit : "non, non, dans le public, ça peut durer !". On fait des économies sur le matériel, sur les gants, les couches pour personnes âgées – elle était dans un service de fin de vie.

Bon. Elle se retrouve face à une malade qui a un cancer généralisé, qui crie, qui pleure, elle n'arrive plus à parler, à communiquer avec les soignants, cela se passe très mal.
Et Florie, elle arrive à se faire accepter, elle la fait rire, elle s'assied sur le lit de la dame, elle lui prend la main, elle lui caresse la main, tu vois, elle la calme, et là il y a un cadre de santé qui passe, et qu'est-ce qu'il lui dit ?
Il la convoque dans son bureau pour "manque d'hygiène", parce qu'elle s'est assise sur le lit. Sanction. Sanction parce que tu as voulu faire trop bien ton travail. Sanction pour cause d'humanité.

Manu, son copain, lui, il avait la vocation du métier de cariste, de la logistique en général. On lui demandait de classer les pièces, de les amener sur la chaîne. Eh! bien, il avait accroché à ça. Et qu'est-ce qu'il lui arrive ? Contrat de six mois en intérim. Puis re intérim de six mois, et encore un autre intérim de six mois. Au bout de dix-huit mois, on le remballe six mois à la maison, puis on le rengage pour dix-huit mois. Comme il est depuis plus de trois ans dans la boîte, on lui promet enfin un CDI, sauf que de DRH (ndlr : Directeur des Ressources Humaines) change de boutique, et il emporte le CDI dans sa mallette. A l'arrivée, plus de CDI : il est écœuré.
Florie et Manu ont décidé d'ouvrir à deux un camion de pizzas.

Quand tu regardes Scopelec, un sous-traitant d'Orange depuis 50 ans. C'est eux qui ont installé le téléphone, le minitel, l'adsl, la fibre maintenant dans des régions entières. Les gars, quand ils parlent des fils qu'ils posent, ils disent "notre réseau". Ils s'identifient à la boîte et à leur travail.
Là, ils vont être largués par Orange, j'espère pas mais c'est ce qui risque d'arriver, 3600 postes. Et qu'est ce qu'ils disent ? "Moi, je vais ouvrir un magasin de jouets", "Moi je vais ouvrir un kebab", "Je vais faire complètement autre chose", parce qu'ils sont complètement écœurés de ça, alors qu'ils aimaient leur métier, et qu'ils le maîtrisaient bien !

L'Education Nationale souffre du même mal. J'ai rencontré des enseignants dans un Lycée Professionnel. "Réforme, re-réforme, re-re-réforme, contre-réforme, pfff...On n'y comprend plus rien. On se fantasme tous ailleurs qu'au Lycée, alors qu'on aime ça. Avant, on avait trois heures de Français, maintenant, il me reste une heure en CAP, alors que ce sont des gamins qui ont encore besoin d'apprendre à lire et à écrire. Avant, on avait deux heures d'Histoire-Géo, maintenant, il reste une demi-heure, une heure toutes les deux semaines, qu'est-ce que tu veux faire avec ça ?" Finalement, on écœure les gens d'exercer leur propre métier.

Et la réponse du gouvernement, quand il y a des pénuries dans certains métiers, c'est quoi ? C'est d'aller vers le pire.
On prend des gens qui n'ont pas vraiment le diplôme. On va vers la déqualification des métiers. Or, c'est l'inverse qu'il faudrait faire. Il faut du statut et du revenu, du statut et du revenu, du statut et du revenu !
Garantir aux gens qu'ils puissent vivre de leur boulot, mais faire aussi en sorte que les métiers soient reconnus, valorisés, respectés. Ne pas considérer que les gens sont des pièces polyvalentes interchangeables, des trous et du vide que l'on peut reboucher avec n'importe quoi.
Je pense qu'il faudrait "héroïser" tous ces métiers-là, comme le Parti Communiste l'avait fait après guerre avec le mineur de fond et le métallo, parce qu'ils reconstruisaient la France.
Aides-soignantes, infirmières, caristes... (sans les caristes, tu n'as plus un rouleau de papier WC au Supermarché) ... les enseignants bien sûr, les ouvriers de l'agroalimentaire... Il faudrait pouvoir héroïser tous ces métiers-là parce que ce sont eux qui tiennent le pays debout !

François Ruffin (transcrit par Claude Semal)

Dernière minute : "Fake Off" ?! SAVEZ-VOUS CALCULER ?!

A 60 ans, 2 Français sur 3 ne travaillent plus !
Allô, 20 Minutes ? Vous écrivez, et vous titrez même : « Réforme des retraites : une personne de 60 ans sur deux ne travaille-t-elle plus, comme l’affirme Ruffin ? Prudence. »
Vous me faites rentrer dans votre rubrique « Fake off ». Vous affirmez qu’ « aucune étude ne présente cette conclusion… »
Et pourtant…
Et pourtant, dans votre article, vous citez vous-même « une étude de l’Insee publiée en 2020 » : « À 60 ans, le taux d’emploi des séniors atteint 38 % ». Mais vous concluez : « Si on suit la logique de l’Insee, les travailleurs seraient un peu plus nombreux que ce qu’affirme François Ruffin. Un écart de 12 points environ. »
Mais vous savez calculer ? Si le taux d’emploi est de 38 %, c’est donc que 62% des Français ne travaillent plus à 60 ans. L’écart est bien de 12 points… mais 12 points en plus !
C’est presque deux Français sur trois qui ne travaillent plus à 60 ans.
Je vous remercie donc pour votre fact-checking, qui renforce mon argument !
François Ruffin (sur Facebook ce 1/10/2022)

 

L'asymptomatique | LE GRAND RESSENTIMENT par François Ruffin

LE GRAND RESSENTIMENT par François Ruffin

En direct de sa cuisine, François Ruffin commente régulièrement l’actualité politique, avec humour, passion et clairvoyance. Avec de grands gestes des mains et des bras, il interpelle souvent le caméraman, à défaut de pouvoir s’adresser directement à nous. 
Au moment où les néo fascistes accèdent au pouvoir en Italie, et sont entrés en nombre au Parlement français, François illustre et défend sa conviction : ce qui nourrit le vote d’extrême droite, c’est “le ressentiment”, quand il n’a pas pu être changé en réformes et en espérances par la gauche.
Le “ressentiment”, c’est ce curieux mélange d’humiliation, d’impuissance, de colère, de mépris de classe, d’esprit de revanche, quand il vous ronge la tête plutôt que vous gonfler le cœur.
La thèse de Ruffin est certes discutable. Mais je l’ai trouvée suffisamment convaincante pour avoir eu envie de la transcrire et de la partager avec vous (C.S.).

LE GRAND RESSENTIMENT par François Ruffin

On saura ce vendredi si Macron essayera de faire passer ses amendements au Parlement pour reculer l’âge de la retraite. Je pense que c’est un moment grave pour mon pays, et que c’est une folie de vouloir faire ça.
Tu vois, je n’ai même pas envie de me poser sur le terrain social, en disant : “A 60 ans, il n’y a qu’un Français sur deux qui est encore au travail”. J’oublie tout ça. Juste : ce que ça va produire dans le cœur des gens.
T’imagines ce qu’on vient de se taper : la crise du COVID, qui a déprimé les Français, qui les a exténués, qui les a exaspérés. On enchaîne avec la guerre en Ukraine et les conséquences sur les prix, l’inflation, les découverts bancaires, les salaires qui ne suivent pas, …

Au printemps, d’un point de vue strictement politique, Macron a été réélu sans enthousiasme et sans projet.
Et aux législatives, il se prend quand même une fameuse gamelle, dans mon coin, tu as plus de la moitié de ses députés qui n’arrivent même pas au deuxième tour.
Il y a un vrai décrochage du pays, d’un côté vers la gauche, mais aussi un gros bout à l’extrême-droite … Si je veux encore un peu plus décrire l’apocalypse, t’as quoi ? Les mégas feux, la sécheresse, le réchauffement climatique pendant l’été, et l’hiver, où tu ne sais même pas si tu vas pouvoir payer tes factures de chauffage…

Et c’est dans ce climat d’inquiétude social, écologique, géopolitique et politique tout court, que Macron se dit : “Tiens, l’urgence, c’est le déficit des retraites” !!!
… À l’horizon 2030, 2040, 2050… On ne sait pas trop. Franchement, c’est vraiment ça la priorité du moment ?
Peut-être qu’il arrivera à passer, s’il le fait en mode express, il y aura des manifs, il y aura des protestations, car il sait qu’au moins 70% des Français sont opposés à ça, 20% qui sont même prêts à manifester, il sait donc que c’est très impopulaire, mais il le fait quand même. Et cela fait trente ans que cela dure : c’est une “démocratie” qui se fait sans le peuple, voire contre le peuple, et il est prêt à refaire comme ça.
Moi je serai bien sûr dans les manifs : ce jeudi 29 septembre avec les syndicats, le 16 octobre avec la gauche.

Mais peut-être que la force de résignation sera supérieure à la force de mobilisation.
Et après, qu’est-ce que cela va laisser dans le cœur des gens ? Du ressentiment, du dégoût, de l’écœurement.
On est contre, et ils le font quand même“. “On va devoir tirer la langue deux années de plus”. Et ils ne permettent même pas que le débat ait lieu. Ils le font en catimini, à coups d’amendements.
Macron, il croit pouvoir gagner. Mais dans la durée, c’est le pays qui va perdre, c’est la démocratie qui va perdre.

Parce que tu vois, quand est-ce qu’ils utilisent le mot “courage” ? Quand il faut, disent-ils, avoir “le courage” de réformer les pensions. Ce qu’ils appellent “courage”, c’est celui de faire de la politique contre les gens, contre les “petites” gens. Mais jamais ils n’auront le courage de s’attaquer (il montre le plafond) … aux marchés financiers, de s’attaquer à Total, de s’attaquer à Exon, à Amazon ou à Sanofi : ce courage-là, ils ne l’ont jamais.
Donc si Macron veut “renouer avec son ambition réformatrice”, comme écrivait “Le Monde” hier, bon sang, il a un terrain de jeu beaucoup plus sérieux ! C’est la crise écologique en cours ! Comment il va faire pour rénover cinq millions de passoires thermiques, alors qu’il n’en a fait que 2500 l’an passé, et qu’à ce rythme-là, il nous faudrait deux millénaires pour y arriver, depuis Jésus-Christ jusqu’à aujourd’hui ? Voilà une “ambition réformatrice”, et c’est là-dessus qu’on l’attendrait !
Non, il va venir nous faire des petits trucs de comptable sur les pensions… évidemment, que ça dégoûte les gens.

Et c’est de plus en plus ma conviction : ce ressentiment, c’est le carburant du vote Rassemblement National. Un ressentiment que nous ne parviendrions pas à transformer, par une espèce d’alchimie, en espérance.

Il y a d’abord grands moments collectifs qui ont nourri ce ressentiment.
Le traité constitutionnel de 2005, où 55% des Français votent non, où 80% des ouvriers votent non, où 71% des chômeurs et 67% des employés votent non, un véritable vote de classe, et on s’assied là-dessus.
Mais qu’est-ce que cela provoque dans la durée, de gouverner ainsi sans le peuple, contre le peuple ? Ca installe du ressentiment.
La crise des gilets jaunes ? Plutôt que de passer un compromis social avec le mouvement… de se dire qu’après tout, le référendum d’initiative citoyenne, c’est peut-être pas une mauvaise idée ; que la TVA à 0% sur les produits de première nécessité, cela peut se discuter ; que le retour à l’impôt sur les grosses fortunes, cela peut se mettre sur la table…
Non, Macron, il croit s’en sortir avec son blabla autour du “grand débat”, il “croit” gagner quand il envoie les bulldozers écraser les ronds-points et les tirs de LBD contre les manifestants… Il gagne peut-être dans un premier temps.
Mais qu’est-ce que cela installe dans la durée ? Du ressentiment.

Dans les petits actes quotidiens, c’est le même mécanisme. Quand ton train 40′ de retard, qu’il arrive en étant bondé, qu’il n’y a pas de places assises, que tu dois t’asseoir sur les escaliers, et que c’est comme ça que démarre ta journée pour aller au boulot… les gens ne disent rien, mais qu’est-ce qui se passe dans leur cœur ? Il s’installe du ressentiment. “C’est comme ça qu’on nous traite ?“. Une forme de mépris, de mépris de soi, et ça pourrit.

Dans la briqueterie qu’on a été visiter, près de Périgueux, la dame, Christine, qui nous faisait la visite, elle n’avait plus de dents. J’ai osé lui demander pourquoi. Elle me dit : “Il faut que je me fasse faire une prothèse, mais rien que pour prendre un premier rendez-vous chez le dentiste, cela prend déjà plus d’un an...”.
Comment on n’éprouverait pas du ressentiment, quand dans son corps même, on n’arrive plus à avoir un lien avec les soins, parce qu’il n’y a plus de dentiste ? C’est le ressentiment qui s’installe.

Quand quelqu’un part à la retraite, ou qu’il s’adresse à Pôle Emploi, qu’il doit faire sa déclaration, et c’est pareil pour tous les Services Publics qui sont “dématérialisés”(c’est un mensonge ce mot-là, parce qu’il y a encore plein de matières : un ordinateur, l’énergie, un bâtiment, c’est de la matière). Non, le bon mot, c’est “déshumanisé”.
Quand tu n’as plus quelqu’un en face de toi pour te traduire le langage administratif, pour t’expliquer qu’il te manque tel ou tel papier, et qu’il faut à la place envoyer des mails, scanner des documents, ajouter des pièces jointes, avoir des mots de passe, des codes, des bidules, et que les gens sont perdus face à tout cela, qu’est-ce que cela installe, cet éloignement de la République ? Cela installe du ressentiment.

Et pour moi, le plus gros truc qui installe du ressentiment dans la vie des gens, c’est le travail.

Dans la tournée que je viens de faire dans le sud, j’ai le sentiment d’avoir creusé le sillon de “On achève bien les chevaux”. Tu connais le film ? Je te le recommande, tiens ! Sur un marathon de danse aux USA pendant la grande crise économique, et bien ici, j’ai le sentiment d’avoir vu “On achève bien les vocations“.

Je rencontre Florie dans le Tarn, près d’Albi, et Manu, son mec.
Elle, quand elle était jeune, elle lit les cours de sa sœur, qui faisait une formation d’aide-soignante, et elle se dit : “C’est ça que veux faire, je veux devenir infirmière !”.
Elle a la vocation. Elle est “appelée”. Elle suit une formation, pas d’infirmière, cela aurait pris trop de temps, mais d’aide-soignante.
Elle accroche, elle adore ça, elle dit : “C’était le paradis, l’école !”.
Elle se retrouve à l’hôpital, et là, c’est la dégringolade, elle dit “l’enfer a commencé”. Pourquoi ? D’abord, elle n’a pas de CDI (NDLR : contrat à durée indéterminée). On lui donne un CDD de un mois (NDLR : contrat à durée déterminée), un CDD de deux mois, un CDD de trois mois, et ça dure et ça dure, elle croyais qu’elle aurait, comme dans le privé, un “vrai” contrat après le troisième, mais on lui dit : “non, non, dans le public, ça peut durer !“. On fait des économies sur le matériel, sur les gants, les couches pour personnes âgées – elle était dans un service de fin de vie.

Bon. Elle se retrouve face à une malade qui a un cancer généralisé, qui crie, qui pleure, elle n’arrive plus à parler, à communiquer avec les soignants, cela se passe très mal.
Et Florie, elle arrive à se faire accepter, elle la fait rire, elle s’assied sur le lit de la dame, elle lui prend la main, elle lui caresse la main, tu vois, elle la calme, et là il y a un cadre de santé qui passe, et qu’est-ce qu’il lui dit ?
Il la convoque dans son bureau pour “manque d’hygiène”, parce qu’elle s’est assise sur le lit. Sanction. Sanction parce que tu as voulu faire trop bien ton travail. Sanction pour cause d’humanité.

Manu, son copain, lui, il avait la vocation du métier de cariste, de la logistique en général. On lui demandait de classer les pièces, de les amener sur la chaîne. Eh! bien, il avait accroché à ça. Et qu’est-ce qu’il lui arrive ? Contrat de six mois en intérim. Puis re intérim de six mois, et encore un autre intérim de six mois. Au bout de dix-huit mois, on le remballe six mois à la maison, puis on le rengage pour dix-huit mois. Comme il est depuis plus de trois ans dans la boîte, on lui promet enfin un CDI, sauf que de DRH (ndlr : Directeur des Ressources Humaines) change de boutique, et il emporte le CDI dans sa mallette. A l’arrivée, plus de CDI : il est écœuré.
Florie et Manu ont décidé d’ouvrir à deux un camion de pizzas.

Quand tu regardes Scopelec, un sous-traitant d’Orange depuis 50 ans. C’est eux qui ont installé le téléphone, le minitel, l’adsl, la fibre maintenant dans des régions entières. Les gars, quand ils parlent des fils qu’ils posent, ils disent “notre réseau”. Ils s’identifient à la boîte et à leur travail.
Là, ils vont être largués par Orange, j’espère pas mais c’est ce qui risque d’arriver, 3600 postes. Et qu’est ce qu’ils disent ? “Moi, je vais ouvrir un magasin de jouets“, “Moi je vais ouvrir un kebab“, “Je vais faire complètement autre chose”, parce qu’ils sont complètement écœurés de ça, alors qu’ils aimaient leur métier, et qu’ils le maîtrisaient bien !

L’Education Nationale souffre du même mal. J’ai rencontré des enseignants dans un Lycée Professionnel. “Réforme, re-réforme, re-re-réforme, contre-réforme, pfff…On n’y comprend plus rien. On se fantasme tous ailleurs qu’au Lycée, alors qu’on aime ça. Avant, on avait trois heures de Français, maintenant, il me reste une heure en CAP, alors que ce sont des gamins qui ont encore besoin d’apprendre à lire et à écrire. Avant, on avait deux heures d’Histoire-Géo, maintenant, il reste une demi-heure, une heure toutes les deux semaines, qu’est-ce que tu veux faire avec ça ?” Finalement, on écœure les gens d’exercer leur propre métier.

Et la réponse du gouvernement, quand il y a des pénuries dans certains métiers, c’est quoi ? C’est d’aller vers le pire.
On prend des gens qui n’ont pas vraiment le diplôme. On va vers la déqualification des métiers. Or, c’est l’inverse qu’il faudrait faire. Il faut du statut et du revenu, du statut et du revenu, du statut et du revenu !
Garantir aux gens qu’ils puissent vivre de leur boulot, mais faire aussi en sorte que les métiers soient reconnus, valorisés, respectés. Ne pas considérer que les gens sont des pièces polyvalentes interchangeables, des trous et du vide que l’on peut reboucher avec n’importe quoi.
Je pense qu’il faudrait “héroïser” tous ces métiers-là, comme le Parti Communiste l’avait fait après guerre avec le mineur de fond et le métallo, parce qu’ils reconstruisaient la France.
Aides-soignantes, infirmières, caristes… (sans les caristes, tu n’as plus un rouleau de papier WC au Supermarché) … les enseignants bien sûr, les ouvriers de l’agroalimentaire… Il faudrait pouvoir héroïser tous ces métiers-là parce que ce sont eux qui tiennent le pays debout !

François Ruffin (transcrit par Claude Semal)

Dernière minute : “Fake Off” ?! SAVEZ-VOUS CALCULER ?!

A 60 ans, 2 Français sur 3 ne travaillent plus !
Allô, 20 Minutes ? Vous écrivez, et vous titrez même : « Réforme des retraites : une personne de 60 ans sur deux ne travaille-t-elle plus, comme l’affirme Ruffin ? Prudence. »
Vous me faites rentrer dans votre rubrique « Fake off ». Vous affirmez qu’ « aucune étude ne présente cette conclusion… »
Et pourtant…
Et pourtant, dans votre article, vous citez vous-même « une étude de l’Insee publiée en 2020 » : « À 60 ans, le taux d’emploi des séniors atteint 38 % ». Mais vous concluez : « Si on suit la logique de l’Insee, les travailleurs seraient un peu plus nombreux que ce qu’affirme François Ruffin. Un écart de 12 points environ. »
Mais vous savez calculer ? Si le taux d’emploi est de 38 %, c’est donc que 62% des Français ne travaillent plus à 60 ans. L’écart est bien de 12 points… mais 12 points en plus !
C’est presque deux Français sur trois qui ne travaillent plus à 60 ans.
Je vous remercie donc pour votre fact-checking, qui renforce mon argument !
François Ruffin (sur Facebook ce 1/10/2022)

 

1 Commentaire
  • didier somzé
    Publié à 19:28h, 02 octobre

    Vincent De Coorebyter écrit dans Le Soir du 28 septembre : “…/.. Il faut affaiblir l’extrême-droite en réglant les problèmes qui l’alimentent … /..” Cela va tout à fait dans le même sens, me semble-t-il.
    Je suis abonné à “Fakir” le journal de l’équipe de François Ruffin : c’est une autre régal (avec l’Asymptomatique). Merci Irène, merci Claude.

Poster un commentaire