UN PARISIEN A LISBONNE (de notre envoyé spécial au Tage Mahousse)par Xavier Lizin (sur Facebook)
https://www.asymptomatique.be/un-parisien-a-lisbonne-de-notre-envoye-special-au-tage-mahoussepar-xavier-lizin-sur-facebook/

© Asymptomatique.be

UN PARISIEN A LISBONNE (de notre envoyé spécial au Tage Mahousse)par Xavier Lizin (sur Facebook)

Publié le 11 août 2021 par Contribution extérieure

Catégorie :

Toi, le touriste parisien (inutile de te cacher, j’ai reconnu ton accent) qui a envahi avec ta smala la table voisine de la mienne ce midi au restaurant Pinoquio, réputé pour être dans le top 10 des restaurants de poisson de Lisbonne, je t’en veux jusqu’à la fin des temps moins le quart. Tu m’as agacé. Tu m’as muito enervado et même foutido as bolas, ponçado la prostata et cassé les coyão.
Durant la petite heure et demi que j’ai bien malgré moi passée à tes côtés, tu n’as pas cessé de râler. Sur tout. Sur les prix qui ne sont pas assez moins élevés que tu croyais, sur l’eau servie à table qui n’est pas assez froide, sur la chaise qui est dure et même sur le français hésitant de la serveuse – qui parle un anglais remarquable, contrairement à toi, clownesque unilingue même pas capable d’apprécier que quelqu’un s’efforce de te parler dans ta langue. La serveuse, je suis sûr que tu n’as même pas vu qu’elle était belle comme un cœur et qu’elle te souriait sous son masque malgré ta muflerie de touriste en pays conquis. Et tu as embrayé sur la télé de ton hôtel qui n’a que France 24 comme chaîne francophone. T’es venu jusqu’ici pour regarder Hanouna, pauv’ tache ?

Et puis tu as dépassé toutes les bornes, éclaté tous les records, pulvérisé les frontières du possible quand tu as dit « Bande de manches, même pas foutus de faire des frites ». Je vais pas te donner tort sur le fond. Les frites ici, en tout cas celles que j’ai goûtées, c’est bof-bof. Mais tu ne sais pas POURQUOI elles ne sont pas bonnes, parce que tu ne connais pas l’équation magique pomme de terre farineuse - section de 0,8 mm-1 cm - blanc de bœuf, double cuisson avec 20° de différence entre les bains. Ici, c’est pas les bonnes patates, c’est des pommes allumettes (donc trop grasses) et faites à l’huile en une seule cuisson : naufrage assuré. Ce débat-là est clos depuis des lustres, on ne va pas le rouvrir, d’autant que c’est les vacances. Mais alors, qu’un Français vienne râler sur les frites d’ailleurs, attends, t’es sérieux là? Tu serais pas un peu l’hôpital qui